Skip to content

Cookies

Ce site utilise des cookies qui nécessitent un consentement. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité. En savoir plus

D'accord Ignorer
Actualités

Cinq minutes avec Kalliopi Karathanasi, ingénieure spécialisée en lignes aériennes .

Employés 25 Feb 2020

Kalliopi Karathanasi, ingénieure principale spécialisée en lignes aériennes, nous explique les enjeux de l'ingénierie haute tension et nous parle de son travail au sein du comité directeur du réseau des femmes du CIGRE UK.

Points saillants .

  • Apprendre en continu des différentes autres disciplines d'ingénierie
  • Développer de manière proactive des solutions durables dans le secteur de l'énergie
  • S'adapter pour satisfaire les besoins des clients

Quelle est votre fonction ?

Je suis ingénieure principale spécialisée en lignes aériennes (OHL, Overhead Line) dans l'équipe haute tension (HT). Mon travail consiste à effectuer des études d'ingénierie et à concevoir des systèmes de lignes de transmission, et des structures porteuses telles que des pylônes en treillis, des pylônes portiques et des poteaux en bois. En règle générale, je passe ma journée à concevoir des solutions, en utilisant les principes d'ingénierie et les logiciels PLS CADD et PLS Tower.

Comment êtes-vous entrée dans l'ingénierie des lignes aériennes ?

Je dois avouer que je n'avais pas l'intention de travailler dans ce secteur. À l'université, j'ai étudié les sciences de l'environnement ainsi que le génie civil et l'ingénierie des structures, et je n'ai découvert l'ingénierie OHL qu'après avoir obtenu mon diplôme. Ce qui a démarré ce cheminement de carrière pour moi, c'est un entretien que j'ai passé pour un poste comportant des activités dans le secteur de l'énergie. Pour m'y préparer, j'ai fait quelques recherches sur le type de travail que cela impliquerait pour un ingénieur civil, et ce que j'ai trouvé m'a plu. Quand j'ai commencé à travailler, j'ai eu l'opportunité de m'impliquer davantage dans OHL. Le travail était vraiment passionnant et j'ai adoré la créativité que comporte la recherche des meilleures solutions. C'est vraiment parti de là !

Avec le recul, je pense que c'était une bonne voie vers la conception OHL, car le travail exige que vous connaissiez et utilisiez des ouvrages de nombreuses disciplines d'ingénierie, telles que le génie civil, l'ingénierie des structures, l'électricité et l'environnement. Pour tous ceux qui cherchent à se lancer dans l'industrie, mon conseil serait de garder à l'esprit qu'il faut des connaissances interdisciplinaires. Et à part ça, être proactif dans l'apprentissage de solutions plus durables et prêter attention aux tendances dans l'ingénierie, aux technologies et aux exigences du secteur. Cela vous donnera la meilleure base de connaissances possible.

Quels sont les défis à relever quand vous travaillez sur des projets de Ligne Aérienne/Haute Tension ?

J'apprends continuellement des choses de différentes disciplines de l'ingénierie, ce qui est à la fois une gageure et une opportunité. Le travail sur les lignes aériennes nécessite un apprentissage constant, mais c'est l'une des choses que j'apprécie le plus dans ce domaine. Un autre défi à relever est d'être capable de tout le temps faire évoluer et développer mes modes de communication avec les membres de l'équipe de conception et le client. Chaque projet et chaque client sont différents, et pour obtenir les meilleures solutions, nous devons pouvoir nous adapter pour répondre à leurs besoins : c'est une partie importante du succès de tout projet.

Ce que j'apprécie le plus, c'est de faire partie d'une équipe qui coopère pour trouver la solution la plus efficace et la plus durable. Le soutien que je reçois de mes collègues chez BakerHicks est fantastique : il faut qu'un travail soit agréable, et pour moi ce sont les personnes qui font la différence.
Kalliopi Karathanasi Senior OHL Engineer, BakerHicks

Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail ?

Ce que j'apprécie le plus, c'est de faire partie d'une équipe qui coopère pour trouver la solution la plus efficace et la plus durable. Le soutien que je reçois de mes collègues chez BakerHicks est fantastique : il faut qu'un travail soit agréable, et pour moi ce sont les personnes qui font la différence. Une autre chose que j'apprécie particulièrement est le fait que chaque projet est différent, que chacun semble plus intéressant que le précédent, et qu'en fin de compte, j'apprends en permanence, ce qui est formidable.

Quelle a été votre plus grande réussite jusqu'à présent ?

C'est déjà fantastique d'avoir la chance de travailler sur des projets complexes et de grande envergure. Mais je suis aussi extrêmement fière du travail que j'ai fait avec le comité directeur du réseau des femmes du CIGRE UK. J'ai participé à l'organisation des manifestations et du programme de séminaires du réseau, et j'ai même collaboré à un document technique qui sera discuté lors de la conférence annuelle du CIGRE, à Paris, en août. J'ai aimé cette collaboration qui m'a donné l'opportunité de réfléchir et de développer des concepts qui aideront, je l'espère, à façonner l'avenir de l'ingénierie OHL. Cela signifie qu'en parallèle de mon travail sur des projets, je rencontre constamment de nouvelles personnes, que j'apprends et que je repousse mes limites, ce qui contribuera à faire de moi la meilleure ingénieure possible.

Actualités associées .