Skip to content

Cookies

Ce site utilise des cookies qui nécessitent un consentement. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité. En savoir plus

D'accord Ignorer
Actualités

Quand les lumières s'éteignent, votre alimentation de secours peut-elle faire face .

Actualités 13 Aug 2019

Jamie Gratton, ingénieur principal adjoint en techniques de bâtiment, examine comment nous pouvons aider les entreprises à disposer d'une infrastructure électrique de secours suffisamment résistante pour les maintenir opérationnelles même quand les lumières s'éteignent.

Points saillants .

  • Comprendre les limites d'une infrastructure électrique
  • Acquérir de l'expérience pour fournir toute une série de solutions sur mesure
  • Garantir la solidité des plans de continuité des opérations

Toutes les entreprises ont mis en place des plans de continuité des opérations, chacune à différents niveaux de puissance de secours. Pour certaines, une simple batterie sur des équipements individuels suffit. Pour d'autres, comme les centres de données, elles ont besoin d'une alimentation de secours sans interruption, et, en fonction de leur niveau de classement par l'Uptime Institute, elles peuvent même souhaiter plusieurs niveaux de redondance pour supporter des pannes multiples. Mais l'objectif final est le même quelle que soit l'entreprise : si le pire devait arriver et que l'alimentation était coupée, leur système de secours doit être en mesure de répondre à leurs besoins, en maintenant les lumières allumées et la continuité des opérations.

En tant qu'ingénieurs en techniques du bâtiment, nous effectuons régulièrement des contrôles d'une grande variété d'infrastructures électriques d'entreprises. Il est surprenant de constater combien nous en avons trouvé dotées d'un système de secours dépendant d'un générateur des années 60 qu'on ne trouve même plus sur le marché. Bien souvent, il existe des points isolés de défaillance dans ces systèmes, ce qui peut signifier que s'ils étaient mis en service soudainement, ils ne pourraient pas accomplir leur tâche. Cela pourrait à son tour entraîner des pertes de productivité et, en fin de compte, des pertes de bénéfices, et si l'entreprise est un hôpital ou une installation pharmaceutique, les conséquences pourraient même être encore plus graves.

Souvent, les entreprises pensent avoir un système très résistant, jusqu'à ce qu'elles découvrent que leurs deux générateurs passent par le même panneau ou le même disjoncteur. Ou bien que les deux panneaux auxquels arrivent les alimentations doubles sont en fait un panneau à deux sections dans le même compartiment coupe-feu, voire, dans certains cas, dans la même pièce. Il est important de bien comprendre les limites de votre infrastructure électrique : cela permet d'être sûr que si vous avez besoin du système de secours, il sera capable de répondre à vos besoins. Et il n'est pas nécessaire d'engager de grosses dépenses pour améliorer considérablement l'intégrité d'un système. En fait, cela peut être aussi simple que de mettre en place une barrière coupe-feu dans une pièce existante, pour séparer autant que possible les panneaux électriques, ou de placer un boîtier mobile de raccordement du générateur à un endroit stratégique du système, pour éviter un point de défaillance isolé.

Un autre problème que nous rencontrons régulièrement est que l'infrastructure utilisée, en particulier dans les systèmes de secours, n'est plus du tout prise en charge par les fabricants. Cela peut être extrêmement préjudiciable, car trouver des pièces de rechange pour certaines d'entre elles devient problématique. Parfois, le seul endroit où on peut trouver les pièces est sur eBay ou sur des sites similaires, ce qui implique souvent des coûts importants qui ne feront qu'augmenter à mesure que l'équipement devient de plus en plus difficile à trouver. L'identification de ces éléments et leur mise à niveau avec des pièces plus faciles à trouver peuvent non seulement faire économiser de l'argent aux entreprises, mais également beaucoup de temps et de tracas.

Il est important de vérifier que votre système de secours peut faire face aux sollicitations auxquelles il pourrait être soumis.

Lors de la vérification des systèmes de secours, nous examinons également les aspects tels que les évaluations de charge. Souvent, nous constatons qu'un générateur a été installé, puis que l'entreprise s'est développée ou que la technologie a évolué, de sorte que la demande d'approvisionnement en électricité a augmenté. Ceci risque de ne plus permettre aux générateurs d'accepter les paliers de charge qui leur sont demandés. Parfois, ils ne peuvent même plus fournir toutes les charges indispensables sous tension. Nous constatons fréquemment que les entreprises ne sont pas conscientes des charges sur leurs générateurs, généralement en raison d'un manque de compteurs dans des endroits stratégiques pour pouvoir évaluer ces charges en connaissance de cause.

Nous disposons de toute une série de solutions pour des problèmes de ce genre, adaptées aux objectifs et au budget de chaque entreprise. Elles vont de la surveillance de la charge sur une période de sept jours à des solutions plus permanentes telles que l'installation de compteurs, connectés ou non au système de gestion du bâtiment (BMS), s'il existe. On peut aussi passer à des solutions plus avancées, allant de l'examen des choix de régime de délestage jusqu'à des solutions holistiques réduisant l'empreinte carbone tout en offrant une résilience supplémentaire dans le système de secours, telles que la cogénération au gaz. En principe, il existe une solution pour toutes les entreprises afin d'assurer la fiabilité de leur système de secours.

La capacité des infrastructures électriques n'est pas à prendre à la légère, car si le pire se produit, que les lumières s'éteignent et que l'alimentation de secours n'est pas à la hauteur, les coûts peuvent être considérables. En identifiant simplement des éléments et en apportant quelques modifications ou mises à niveau, les entreprises peuvent avoir l'esprit tranquille et savoir que leur système est prêt à fonctionner en cas de besoin.

Actualités associées .